Les neurosciences au service de l’entrepreneur ?


les neurosciences au service de l’entrepreneur

Pour permettre à nos candidats entrepreneurs de construire leur projet de la manière la plus harmonieuse possible, en adéquation avec leur manière naturelle de fonctionner, Azimut utilise une méthode puissante : la révélation et l’activation talent. Cet outil nous permet de donner les clés indispensables et uniques à chaque être humain pour franchir les différentes étapes vers la création d’entreprise.


Marketing. Réseaux sociaux. Communication. Plan financier. Prospection. Conditions générales. La liste des domaines que l’entrepreneur doit maitriser – croyance tenace – n’est pas exhaustive. Tel Kali, déesse indienne, et ses huit bras, la multidisciplinarité à laquelle sont confrontés nos indépendants (futurs et actuels) n’est pas un fantasme. Ce qui engendre souvent auprès de ceux-ci une forme de pression de la connaissance, voire des doutes en matière de légitimité…qui peuvent les bloquer. En effet, les inquiétudes auxquelles nous sommes confrontées en tant qu’accompagnateurs sont réelles : « Organiser une prospection, certes, mais je suis quelqu’un de timide ? », « Créer un logo ? Mais je ne sais pas dessiner… », « Ranger ma comptabilité ? Les chiffres m’effraient…et j’ai tendance à procrastiner »… constituent des échantillons réels de nos métiers de stimulateurs entrepreneuriaux.

Or, et c’est souvent une conséquence inévitable du tourbillon entrepreneurial : il arrive d’oublier la clé de voûte du projet, à savoir l’entrepreneur lui-même. En tant qu’être de chair et de sang, pourvu d’un cerveau dans lequel plus de 60.000 pensées sont générées par jour…dont 90% identiques à la veille. Rien que ça.

C’est pourquoi nous utilisons, depuis bientôt trois ans, les neurosciences au service de nos entrepreneurs au sein d’Azimut. Eclairage.


Le cerveau : centre de nos réflexes cognitifs


Sans tomber dans un article qui serait bien trop court en matière de neurologie ou même de sciences cognitives, nous nous permettrons de résumer le fonctionnement neuronal de chacun comme le métro londonien : 12 lignes, 421km de réseau et une efficacité légendaire en termes de connexion. A la fin de votre séjour dans la ville de Big Ben, vous constaterez que vous êtes passés à travers certaines lignes davantage que d’autres. Tantôt stations de passage, tantôt de destinations, elles ont retenu votre attention de voyageur de manière plus prononcée. Et bien notre cerveau fonctionne de la même manière en version très simplifiée, nous en conviendrons.

Autre élément, nous sommes tous des mammifères. Grande révélation me direz-vous. Sauf que l’on constate chez tous nos congénères la présence de zones identiques au sein de notre fonctionnement cognitif. En simplifiant davantage la terminologie, nous dirons que trois grandes zones majeures – en résumé très court - sont présentes dans ce fantastique outil qu’est notre cerveau : une consacrée à l’émotionnel, une seconde au rationnel et une troisième à l’intuition. Même pour Médor, Pilou et Flipper ? Oui.

Et enfin, nos connexions neuronales sont scientifiquement observables ainsi que les comportements qui y sont associés : la peur, la concentration, le calcul, l’imagination, le rire, et même la prière ou la tristesse ne sont qu’une infime partie des messages suscités au sein de notre cerveau.


Comment mon cerveau peut m’aider en tant qu’entrepreneur ?


Dès l’Antiquité, la réponse était gravée sur le temple d’Apollon à Delphes : Gnôthi seauton, ou en français moderne « Connais-toi toi-même ». Et c’est précisément l’objet de l’outil d’exploration utilisé au service de nos entrepreneurs. Sans forcément passer par l’imagerie médicale, que le responsable du budget se rassure J. Grâce aux travaux de Jacques Fradin et à ceux de 4P Agency (Fondée par Olivier Bouche, formateur chez Azimut), la méthodologie pour déceler chez l’entrepreneur ses réflexes cognitifs primaires en est grandement facilitée. Bien sûr, il existe bien d’autres voies pour arriver à des conclusions qui peuvent s’en rapprocher : le MBTI, l’ennéagramme, le DISC, les couleurs dominantes et bien d’autres possibilités tantôt se rapprochant de tests de personnalité, tantôt de psychologie cognitive, peuvent enrichir et nous aider à décoder cette richesse neuronale interne.

Cependant, la spécificité de cette approche "Talent" avec laquelle nous jonglons entre entrepreneurs et accompagnateurs, permet d’en comprendre plus rapidement le sens, sans devoir passer par une maitrise longue ou la lecture de concepts additionnels…dans un agenda de l’entrepreneur toujours dominé par Kali et ses huit bras, évidemment.

De manière plus efficiente cette méthode a permis non pas un quelconque pouvoir magique soudain, mais plutôt de révéler et d’activer des séquences neuronales ou des réflexes de pensées et de comportement. Le tout au service de l’entrepreneur, de son projet et de ses enjeux. Mais également face aux personnes – et donc face aux différents cerveaux – qu’ils peuvent rencontrer. Comment ? En activant consciemment cette « manière facile de fonctionner », cette « posture que l’on apprécie et qui ne nous coûte très peu d’énergie ».


Quel est l’intérêt pour un candidat entrepreneur de révéler et d’activer son talent ?


Sébastien Mascitelli révèle et active le talent des entrepreneurs chez Azimut

Prenons l’exemple de Nicolas, qui pataugeait depuis des semaines à la rédaction de son plan financier. Face à cet enjeu majoritairement rationnel, l’entrepreneur est en difficulté. En effet, son ‘réflexe facile et confortable’ se trouve surtout dans sa liberté créative, dans le plaisir et dans la connexion avec les personnes. Nicolas peut-il rédiger un plan financier dans un bureau, seul, qui incite certes à la concentration…sauf pour lui ? La réponse est oui, mais cela se fera au prix d’un grand écart facial neuronal. Après tout c’est cela la gymnastique de l’indépendant, non ?

Me croirez-vous si je vous disais que ce "foutu plan financier" a avancé à pas de géants quand Nicolas a changé sa posture ou son environnement ? Était-il interdit à Nicolas de demander de l’aide à ses amis ou de changer d’endroit pour se creuser les méninges avec un brave tableau Excel ? Et bien, chers entrepreneurs, ceci n’est pas une légende urbaine, c’est à l’occasion d’un barbecue entre amis que cet enjeu a été affronté et vaincu. Car Nicolas était pleinement dans une posture où son cerveau est plus efficace.


  • C’est en échangeant avec sa meilleure amie que Nadia a trouvé « à qui » son projet s’adressait.

  • C’est en allant balader en forêt que Frédérique a trouvé son slogan.

  • C’est en groupe que Michèle a fait sa première publication sur les réseaux sociaux.

  • C’est en partageant ses réflexes de cerveau que Mathieu a fait comprendre à Michaël que le délai d’une action était important pour lui, et que, non, Mathieu n’était pas psychorigide.

Et bien d’autres.

Tout cela grâce à changement de grille de lecture : en prenant parfaitement conscience du fonctionnement de son cerveau et de ses besoins.



Conclusion


Se comprendre soi-même. Orienter sa posture selon ses propres réflexes. Telle est donc la voie de la révélation et de l’activation du talent de chacun au service de son projet. Le cerveau humain a encore bien des chemins à nous faire découvrir, mais en tant qu’entrepreneur le vôtre peut vous aider à trouver les bonnes portes de votre projet. Nous sommes là pour rechercher leurs clés avec vous. Explorons ensemble, grâce aux neurosciences, ‘vos propres stations de métro’ à destination de votre projet entrepreneurial. Et, bien sûr, faisons-le grandir de manière concrète.


On en parle ?