Zoom sur Laurence Theunis: Adoc Talent Management, vous avez dit ad hoc ?

Dernière mise à jour : 15 févr.

Pour créer son activité de conseil en recrutement, fomation RH et recherche et développement (R&D) spécialisée sur le doctorat, Laurence Theunis, elle-même docteure, a choisi de s’adosser à une référence du secteur encore absent sur le marché belge : Adoc Talent Management. Fondé en 2008 en France, ce cabinet a été le premier à se spécialiser dans la gestion de carrières des titulaires de doctorat (toutes disciplines confondues), ainsi que les ingénieurs et les scientifiques. Ce projet s’est construit sur l’expérience multidisciplinaire d’une équipe hybride d’une vingtaine de docteurs (sciences de la vie, psychologie cognitive, chimie, physique, sciences humaines) et d’experts en RH : leurs parcours académiques, leur compréhension des besoins des entreprises comme des docteurs, leur réseau d’universités et d’organismes de recherche partenaires et leur méthodologie originale d’approche directe des candidats en font des consultants redoutablement efficaces et pertinents. C’est ce qui explique que des multinationales, des entreprises hi-tech et des institutions publiques fassent régulièrement appel aux services du cabinet. Séduite par le concept, Laurence a donné une nouvelle dimension à l’entreprise en octobre 2020, avec la création d’une antenne Benelux. Après dix ans passés dans un organisme de formation comme responsable du coaching et de l’accompagnement de chercheurs, cette docteure en biologie animale avait une expérience et une fine connaissance des profils scientifiques et du marché à valoriser.

© Vincent Foret / SOFAM, 2019 — www.vincentforet.photography


Une collaboration à haut potentiel

Il lui manquait une structure pour « concrétiser son rêve » comme elle se plait à le dire. « C’est naturellement que je me suis tournée vers Adoc Talent Management » confie-t-elle. « Pour avoir collaboré à de nombreuses reprises dans le cadre de mon précédent job, j’avais mesuré le potentiel. Nous avons décidé de nous associer. » Laurence a pris le temps de laisser mûrir son envie, de la confronter au réel, elle a chargé Azimut de l’accompagner. « Ce coaching s’est étalé sur près de 18 mois à raison d’une journée par semaine, intégrée dans le préavis que je devais prester. Nous avons ainsi traversé ensemble la première crise de la covid-19. » Pour comprendre les chercheurs, il faut l’avoir été soi-même, observe-t-elle. « Se projeter hors du monde académique n’est pas toujours simple : c’est un pas que nous aidons les candidats à faire, en leur proposant des formations à la carte afin de renforcer leurs compétences transversales. Leurs universités en prennent en charge le coût. » Pour le recrutement, Laurence s’appuie sur son réseau et celui de son partenaire français, ainsi que le référentiel d’évaluation unique, conçu et développé en interne depuis maintenant plus de 10 ans.

« Cela nous autorise à proposer des solutions sur mesure. Nous ne sommes pas dans le prêt-à-porter de la consultance RH, mais dans la haute couture. »

Une expertise complète divisée en plusieurs pôles

Quant au pôle R&D, ses activités s’articulent autour trois axes : d’abord, des études qualitatives et quantitatives visant à mesurer l’employabilité des docteurs, identifier les déterminants de leur poursuite de carrière ou encore promouvoir leur plus-value dans tous les secteurs d’activités et ce quel que soit leur domaine de recherche. Ensuite, le développement d’outils numériques exploitant les avancées les plus récentes en traitement d’analyse et traitement des données RH, comme des outils de portfolio numérique de compétences, des baromètres, et des cartographies de compétences. Enfin, Adoc propose à ses clients des prestations à la carte incluant à la fois la partie études et la partie développement d’outils numériques (étude de positionnement salarial, cartographie des concepts et compétences au sein d’un domaine). Parce qu’il existe peu de données à l’échelle de la Belgique en la matière, j’en profite pour lancer un appel aux pouvoirs publics en charge de l’Enseignement supérieur et la recherche. Je leur dis : ne vous privez pas de ces outils d’aide à la décision, ils peuvent être précieux. Le conseil de Laurence aux porteurs de projets, c’est de se faire accompagner : « si vous avez une idée récurrente de projet qui n’est pas assez claire, entourez-vous d’experts et de conseils pour la laisser murir puis testez-la. »


« Dans la vie, il vaut mieux avoir des remords que des regrets. Un échec est toujours préférable à un rêve que l’on n’a pas osé vivre. »