Azimut Inside : Françoise Dever, une comptable "mordue"

La force d’Azimut, c’est son équipe de choc dans toutes les fonctions. Aujourd’hui, faisons plus ample connaissance avec Françoise Dever, comptable “mordue” de notre structure d’accompagnement des porteurs de projets.



Prénom : Françoise

Nom : Dever ou De Vert ou De Verre suivant l’humeur/humour du jour

Âge : Ca dépend des jours, mais il paraît que les 59 ans, c’est pour dans pas longtemps.



Lieu de résidence : Aux armes citoyens et vive les sangliers

Situation familiale : 1 compagnon à 2 pattes, 3 à 4 pattes et 1 à 2 palmes et 2 ailes, 8 jolis enfants et 3 jolis petits-enfants

Enfants : aucun

Signe particulier : pfffff !!! celui de ne pas en avoir ? Demandez aux autres, ils le connaissent mieux que moi.

Repas favori : un baba au rhum en entrée, un baba au rhum en plat principal et… un javanais en dessert (et qu’avec du vrai rhum, de la vraie crème fraîche et du vrai beurre, pas de produits industriels sans goût)

Boisson favorite : l’apéritif maison du restaurant le Pilori à Ecaussinnes (et la recette est mieux gardée que celle du Coca Cola) ou une Pêcheresse au fût.


Qu’est-ce qui t’a conduite chez Azimut ?

Au départ, j’avais besoin d’un boulot, point. J’ai été sélectionnée. Cette société-là ou une autre…. Pourquoi pas !!! (J’omets de dire que l’autre était un funérarium, mais ça, je l’ai su après) et puis j’ai mordu à l’hameçon et ça dure depuis 9 ans. Et je suis toujours mordue.


Quelle est ta fonction chez Azimut ?

Je suis comptable. Je gère les dossiers comptables des candidats-entrepreneurs et je les accompagne : parfois je suis prof de math ou d’économie, parfois soutien moral et/ou consolateur, parfois carburant dans un moteur en rade, parfois le sourire quand tout ne va pas bien….

Comment cela se passe-t-il au quotidien ?

Dès potron minet, encodage des extraits bancaires et puis….. tout ce que vous n’aviez pas prévu dans votre planning le jour d’avant parce qu’il y a toujours autre chose de plus urgent qui vient s’immiscer dans votre programme, c’est-à-dire, pêle-mêle : encodage des factures de ventes ou d’achats après les avoir validées, clôtures de dossiers comptables pour les candidats en partance, réponse à l’avalanche de mails qui arrivent en pagaille des candidats-entrepreneurs, des collègues, des administrations…., sans oublier le téléphone et l’atelier Test Grandeur Nature une fois sur deux, les petits verres quand il y a un anniversaire, un événement ou rien à fêter…. Ca a l’air d’être trèèèèès ennuyeux, mais ça ne l’est pas quand tout ça se déroule dans une bonne ambiance (ce qui un des atouts chez Azimut).


Quels sont tes plus grands challenges (privés ou pro) pour le moment?

Privé : Un challenge qui dure depuis bientôt 4 ans : vivre sans eau courante, sans électricité au fond des bois, presque en autarcie. Côté technique, on se défend bien ; mais le potager en est encore à la case virtuelle.

Pro : longue vie à Azimut !!!!


Quel est ton regard sur l’entrepreneuriat dans ta région ?

Les comptables chez Azimut ont la particularité de s’occuper de candidats-entrepreneurs de toute la Wallonie et il y a des traits communs, dont en voici deux :

  • l’entrepreneuriat se féminise de plus en plus et dans des domaines où on ne les attend pas toujours.

  • la politique actuelle des entreprises pousse au burn-bore-brown out…., beaucoup de personnes n’y trouvent ou n’ont plus leur place et se lancent alors dans l’entrepreneuriat et souvent dans un autre domaine que celui qu’ils avaient choisi au début de leur vie professionnelle. Une nouvelle vie, un nouveau monde se profile devant eux, semés d’embûches et de labeur, mais aussi de satisfactions qu’ils ne doivent à personne.

  • On peut réaliser son rêve à tous les âges.

Quels sont les éléments qui te font vibrer dans ton métier ?

Les comptes nickel au centime près (normal pour un comptable !), mais ce qu’aucune autre société n’a pu – ou du moins partiellement – m’offrir à ce jour : une équipe du tonnerre sur laquelle on peut compter et la rencontre avec des personnes de tous horizons, avec des expériences et des personnalités très différentes les unes des autres qu’on accompagne sur un bout de chemin de leur vie.

En bref : la famille « azimutienne ».


Si tu avais un message aux futurs entrepreneurs, ça serait…

Non, tu n’es pas tout seul dans cette grande aventure qu’est l’entrepreneuriat et surtout ne reste pas seul…